Parlons SantĂ© » Blog Archive » “Rebondir” grâce Ă  la danse Malkovsky…

“Rebondir” grâce Ă  la danse Malkovsky…

ou comment surmonter le pire des traumatismes.

Dans mes prĂ©cĂ©dents articles, j’ai dĂ©jĂ  eu l’occasion de prĂ©senter les bienfaits que l’on peut retirer d’une pratique de la danse Malkovsky en termes de bien-ĂŞtre, augmentation de l’Ă©nergie vitale, relaxation et confort articulaire ainsi que joie de vivre.
danse libre
danse libreJusqu’Ă  prĂ©sent il s’agissait surtout de montrer comment cette pratique permet de maintenir un niveau optimal de bien-ĂŞtre en corrigeant, pour faire " bref ", certains mĂ©faits engendrĂ©s par une vie coupĂ©e de la Nature, telle qu’est notre vie d’hommes modernes, une vie trop sĂ©dentaire, trop assistĂ©e par la technologie. On peut dire que la danse Malkovsky est une activitĂ© psychocorporelle visant Ă  maintenir le bon fonctionnement de tout notre ĂŞtre et prĂ©venir ainsi les problèmes dus aux mauvaises postures, tensions, blocages qui, rĂ©pĂ©tĂ©s au fil du temps, affectent notre corps et se traduisent avec l’âge en douleurs articulaires et musculaires, raideurs, arthrose, perte de mobilitĂ© et d’Ă©quilibre, etc. Bien Ă©videmment, une telle pratique ne doit ĂŞtre qu’une composante d’un mode de vie beaucoup plus global, plus proche de notre nature et des liens que nous devons rĂ©activer en nous avec les autres règnes de la Nature. Elle ne dispense donc pas d’adopter un rĂ©gime alimentaire permettant le bon fonctionnement de nos organes car ce que nous mangeons contribue Ă  fabriquer nos tissus et constitue ce que nous sommes.
danse libre
Aujourd’hui toutefois, j’aimerais dĂ©velopper le rĂ´le que peut jouer la danse Malkovsky pour surmonter et dĂ©passer un grave traumatisme subi par le corps ainsi que ses consĂ©quences psychologiques.

danse libreL’accident
danse libre
Ce soir du 21 dĂ©cembre 2014, Catherine Georgesco, jeune septuagĂ©naire (je peux dire son âge car elle est loin de le paraĂ®tre mĂŞme après son "accident", et ne le cache pas) attendait tranquillement pour traverser la rue sur une place de Dijon. Catherine pratique avec passion le chant lyrique et la danse Malkovsky et revenait d’un concert de NoĂ«l qu’elle avait donnĂ© dans une chapelle de la ville. Son concert avait Ă©tĂ© un succès et elle Ă©tait dans un Ă©tat particulièrement euphorique. Bien que cela suffĂ®t Ă  son bonheur du jour, elle avait acceptĂ© d’aller au cinĂ©ma avec son compagnon, et comme la tempĂ©rature Ă©tait particulièrement douce, ils s’y rendaient Ă  pied.
C’est alors que tout a basculé : une voiture circulant Ă  vive allure, tous phares Ă©teints, conduite par un dĂ©sĂ©quilibrĂ©, ainsi qu’on l’apprendra plus tard, a fauchĂ© les personnes qui se trouvaient sur le bord du trottoir. En tout, douze personnes ont Ă©tĂ© blessĂ©es, dont certaines très grièvement. Catherine faisait partie de celles-lĂ , après avoir effectuĂ© un vol planĂ© d’environ 2 m. RestĂ©e dans le coma durant deux heures, elle Ă©tait sĂ©vèrement blessĂ©e au visage et atteinte de multiples fractures (quatre au visage, une Ă  la jambe droite, une Ă  la cheville gauche avec en plus une entorse). TransportĂ©e Ă  l’hĂ´pital, elle a subi plusieurs opĂ©rations et est restĂ©e 45 jours clouĂ©e sur son lit.
danse libre
danse libreC’est lĂ , dans cette situation peu rĂ©jouissante, que Catherine a eu un comportement extraordinaire. Elle aurait pu se contenter d’accuser le coup, gĂ©mir sur son sort, se dire que sa vie ne serait plus jamais la mĂŞme, que jamais plus elle ne remarcherait normalement, et, pire encore, que jamais plus elle ne pourrait pratiquer l’une de ses passions, la danse Malkovsky. Elle aurait pu aussi en vouloir au responsable de ce qu’elle subissait, ne songer qu’Ă  demander justice pour ce qu’il lui avait fait, Ă  elle et aux autres blessĂ©s. 
danse libre
Or, Catherine n’a rien fait de tel. Il est Ă©vident que son Ă©tat Ă©tait loin d’ĂŞtre enviable mais elle ne s’est pas arrĂŞtĂ©e Ă  cela. En fait, elle a commencĂ© par remercier d’ĂŞtre toujours en vie, car avant mĂŞme cet "accident" Catherine Ă©tait une personne passionnĂ©e par la vie, passionnĂ©e par le Beau, les arts. Elle confie mĂŞme dans une interview qu’elle a donnĂ©e Ă  une radio locale que, dès qu’elle a eu repris conscience, lui est venue Ă  l’esprit cette très belle chanson de Jean Ferrat chantĂ©e autrefois pas Isabelle Aubret, elle-mĂŞme victime d’un grave accident de la route,
danse libre
C’est beau la vie. Puis, elle a pensĂ© au conducteur du vĂ©hicule, cet homme qui avait fait de multiples sĂ©jours en hĂ´pital psychiatrique et n’aurait jamais dĂ» se retrouver au volant d’une voiture. Catherine a ressenti de la compassion envers cet homme, parce que selon elle, il Ă©tait plus Ă  plaindre qu’elle, enfermĂ© qu’il Ă©tait dans sa folie. Ensuite seulement elle s’est mise Ă  vraiment penser Ă  elle, Ă  ce corps meurtri, cassĂ©, immobilisĂ© sur un lit d’hĂ´pital. Il lui est immĂ©diatement apparu comme Ă©vident qu’elle allait utiliser la danse Malkovsky pour sa rĂ©Ă©ducation. Et elle n’avait qu’une hâte, c’Ă©tait de pouvoir dĂ©jĂ  tenir sur ses jambes et remarcher.


oseille
Première période : visualiser
danse libre
En attendant, immobilisĂ©e par ses fractures, que pouvait-elle faire ? Eh bien, elle n’est pas restĂ©e Ă  ruminer et Ă  se lamenter sur son malheur. Elle a commencĂ© Ă  agir avec ce qui fonctionnait parfaitement : sa pensĂ©e.
danse libre
Ă€ peine sortie du coma, elle a dĂ©cidĂ© de se prendre en charge et a procĂ©dĂ© Ă  un « scanner mental » de son propre corps. C’est ainsi qu’elle a senti elle-mĂŞme que sa cheville gauche Ă©tait atteinte ainsi que son poignet droit et qu’elle a demandĂ© aux mĂ©decins Ă  passer une radio de ces rĂ©gions, ce qui leur a permis de dĂ©couvrir les fractures qui s’y trouvaient.
danse libre
danse librePuis elle s’est mise Ă  se visualiser en train de danser. Chaque jour elle se voyait mentalement faire tous les mouvements qu’elle aimait : jouer avec une balle lĂ©gère pour la faire rebondir ou la lancer en l’air et se sentir jaillir du sol avec elle, dessiner des spirales autour d’elle avec un foulard et se laisser emporter dans ces volutes ascendantes, ressentir la joie de danser en groupe, sentir la musique vibrer au plus profond d’elle-mĂŞme… Et puis, m’a-t-elle Ă©galement confiĂ©, elle a travaillĂ© sur son " X ", cette croix qui traverse chacun d’entre nous, formĂ©e par les lignes obliques "Ă©paule droite/jambe gauche et Ă©paule gauche/jambe droite ". C’est cette croix qui structure et anime la marche naturelle telle que mise en Ă©vidence en particulier chez les fĂ©lins mais aussi dans la marche nordique, le ski de fond ou la course en patins. C’est cette relation entre Ă©paule et jambe d’appui opposĂ©e qui assure l’Ă©quilibre du corps lorsqu’il se dĂ©place en ligne droite, que ce soit vers l’avant ou Ă  reculons. C’est l’un des principes de base que l’on dĂ©couvre quand on pratique la danse Malkovsky : le principe de latĂ©ralitĂ© croisĂ©e.
danse libre
Catherine effectuait mĂŞme des micro-mouvements, allongĂ©e dans son lit et s’endormait en marchant. Dans le mĂŞme temps, elle Ă©tait entre les mains des chirurgiens qui l’ont opĂ©rĂ©e, ont rĂ©parĂ© ses fractures et lui ont redonnĂ© son visage d’avant. Ils ont fait, je crois, des miracles car celui-ci ne garde pas trace de ses blessures et, si elle n’avait pas dit qu’elle aurait Ă©tĂ© dĂ©figurĂ©e sans ces interventions, je ne l’aurais pas vu.

Deuxième période : les opérations et la rééducation
danse libre
Catherine a donc subi une première opĂ©ration pour sa fracture Ă  la jambe gauche et une seconde pour le visage 15 jours plus tard. Ă€ partir de lĂ , des aides-soignantes l’aidaient Ă  se lever. Elles ont remarquĂ© qu’elle gĂ©rait ses points d’appui, ce qui facilitait grandement leur tâche. danse libreCatherine attribue cette capacitĂ© Ă  bien utiliser ses appuis Ă  sa pratique de la danse Malkovsky. Elle s’est mĂŞme très vite autonomisĂ©e, au point de se passer des aides-soignantes pour aller aux toilettes.
danse libre

Puis on lui a mis la jambe gauche dans une gouttière et les mĂ©decins lui ont fait faire du kinĂ©tech pour son genou droit afin de le faire plier. Elle a trouvĂ© ce procĂ©dĂ© très douloureux et aurait prĂ©fĂ©rĂ© pouvoir tout faire Ă  son rythme, beaucoup plus progressivement et dans le respect de son corps et des signaux qu’il lui envoyait Ă  travers la douleur. Elle dĂ©plore avoir dĂ» se battre contre la kinĂ©sithĂ©rapeute qui s’occupait d’elle, pour faire entendre son point de vue. Mais cela a accru sa dĂ©termination Ă  faire sa rĂ©Ă©ducation avec la danse.
danse libre
Ă€ partir du moment oĂą elle a pu poser le pied par terre, Catherine a rĂ©appris Ă  marcher entre deux barres parallèles et, lĂ  encore, elle a pratiquĂ© l’X, au plus grand Ă©tonnement des Ă©quipes qui s’occupaient d’elle.

Troisième période : entrer de nouveau dans la danse
danse libre
Enfin Catherine a pu marcher avec deux bĂ©quilles et quitter l’hĂ´pital, il y a Ă  peu près un an. Ă€ peine 4 mois après son « accident », elle a recommencĂ© Ă  danser. Arrivant aux cours avec des bĂ©quilles, elle les dĂ©posait pour danser, trouvant grâce Ă  la pratique des mouvements naturels un meilleur Ă©quilibre. Elle m’a mĂŞme avouĂ© qu’elle dansait mieux qu’elle ne marchait ! Petit Ă  petit, ses mouvements se sont dĂ©liĂ©s et ont retrouvĂ© leur fluiditĂ©, sa marche dans la vie quotidienne est devenue plus sure.
danse libreQuand je l’ai revue Ă  un stage de danse au printemps dernier, elle utilisait encore une bĂ©quille pour marcher et boitait. Un an plus tard, elle marche sans bĂ©quille et ne boite plus. Elle dit aussi danser plus juste Ă  cause des sĂ©quelles qui subsistent dans son corps et l’obligent Ă  faire des pas plus petits et Ă  ĂŞtre davantage centrĂ©e et intĂ©riorisĂ©e.
danse libre
Les mĂ©decins et le personnel mĂ©dical se sont Ă©tonnĂ©s de la rapiditĂ© avec laquelle Catherine s’est rĂ©tablie. Elle dit que la hâte de retrouver les amis de la danse a Ă©tĂ© pour elle une source de motivation qui l’a grandement stimulĂ©e.
danse libre
Aujourd’hui, elle prend cet Ă©vĂ©nement comme une « leçon de vie ». Elle dit y avoir acquis la conscience aiguĂ« d’ĂŞtre mortelle, ce qui l’a amenĂ©e Ă  se sentir vivante et Ă  accueillir chaque jour comme un cadeau. Elle dit aussi avoir appris Ă  s’occuper d’elle, Ă  se centrer sur l’essentiel et Ă  savoir dire non. Elle affirme mĂŞme que ce garçon qui a voulu la tuer lui a en fait tendu un miroir lui montrant la façon dont il lui arrivait malgrĂ© tout, auparavant, de se traiter avec violence…
danse libre
Anne-Marie Bruyant
Professeur de Danse Libre, Mezy-sur-Seine, France
Courriel : abruyant@aol.com
www.danse-libre.com

dents

La danse libre, sur les traces d’Isadora Duncan et de François Malkovski
d’Anne-Marie Bruyant, aux Éditions Christian Rolland (2012).
danse libre
L’AmĂ©ricaine Isadora Duncan (1877-1927) a rĂ©volutionnĂ© la danse du XXe siècle en rejetant radicalement le langage et la formation de la danse classique au profit d’une danse plus naturelle et spontanĂ©e. Bien que les plus grands danseurs et chorĂ©graphes qui lui ont succĂ©dĂ© aient reconnu son rĂ´le majeur dans l’Ă©volution de la danse, la voie qu’elle a ouverte a Ă©tĂ© dĂ©sertĂ©e par tous ceux qui occupent le devant de la scène. InspirĂ© par la danseuse aux pieds nus, François Malkovski (1889-1982) fut le gĂ©nial inventeur d’une pĂ©dagogie permettant au corps de retrouver et conserver sa libertĂ© de mouvement afin d’exprimer les Ă©motions humaines.
La danse libre a quittĂ© la scène et ses spectacles, mais elle a intĂ©grĂ© la vraie vie. Elle s’offre maintenant Ă  quiconque ressent le dĂ©sir, allumĂ© par Isadora Duncan, de « danser sa vie » pour vivre mieux et plus intensĂ©ment. Cet ouvrage est nĂ© de la rencontre entre la pratique de la danse libre de l’auteur et les « Dialogues avec l’Ange » de Gitta Malash. S’est alors ouvert pour Anne-Marie Bruyant le chemin qui permet Ă  l’âme de s’exprimer Ă  travers le corps et Ă  celui-ci d’Ă©couter le chant du monde. Par ce livre, elle partage son expĂ©rience de la danse libre et propose au lecteur d’emprunter cette voie inspirante sur les traces d’Isadora Duncan et de François Malkovski.


Stage de danse libre

danse libreAnimé par Anne-Marie Bruyant, il se déroulera à Marsanne (Drôme Provençale) France.
du lundi 4 au samedi 9 juillet 2016
Semaine de dĂ©couverte et d’expĂ©rimentation de la Danse Libre, ou d’approfondissement et de progression pour celles et ceux qui pratiquent rĂ©gulièrement.
almagramme
Informations complémentaires, à la page : Stage de danse libre

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé,


Laisser un commentaire



Nom(*)

Email(*)

Ville - Pays(*)

(*)Tous les champs sont obligatoires – Votre email ne sera pas publié

Entrez votre commentaire


2 juin 2017 : Conférence à Moirans (38)
Monde en changement ou ... changement de monde ?   par Monique Mathieu

27 juin. 2017 : DĂ©but de formation internet
Astrologie Holistique - niv.2 : interprĂ©tation 
par Agnès Andersen

17-22 juillet 2017 : Stage Ă  Marsanne (26)
Stage de danse libre
par Anne-Marie Bruyant

09-10 sept. 2017 : Branges (71)
Salon des Z'Arts Zen de Branges
par Le Z'Arts Zen

23-24 sept. 2017 : Salon Ă  St Rambert d'Albon(26)
Salon des Z'Arts Zen de St Rambert d'Albon
par Le Z'Arts Zen

04 mai 2017 Gala
Gala 2017 du Temple de la Renomée Médicale Canadienne à Québec (Québec)

04-06 mai 2017 Salon
Salon du Design de Montréal
à Montréal (Québec)

27 juin. 2017 : DĂ©but de formation internet
Astrologie Holistique - niv.2 : interprĂ©tation 
par Agnès Andersen

© 2008-2015  Energie-Santé - - à propos - mentions légales - partenariat