newsticker

Comprendre, c'est avant tout unifier


- Albert Camus -

Entrevue avec Sylvie Ouellet
Bonjour Sylvie Ouellet,

pensées Mieux Vivre : C'est un joli nom Ouellet, d'où vient-il ?
âme
Sylvie Ouellet : Ça vient de France, de la Bretagne, mais le nom s'est déformé au fil des ans.

M. V. : Serait-ce la chanson de Pétula Clark des années 70 qui vous a donné l'idée du titre de votre conférence du dimanche 15 novembre et pensez-vous que l'humour soit utile en matière de communication avec les âmes ?
âme
S. O. : Vraiment c'est particulier, votre demande parce que je commence toujours cette conférence par deux questions : "Qui veut aller au ciel" et "Qui veut mourir ?" et effectivement cela vient de cette chanson (écoutez ici **) que j'ai fredonnée souvent. Les paroles sont toujours d'actualité et je me sers de l'humour pour dénouer certaines peurs et dérider le thème de la mort puisque le fait de juste prononcer le mot amène une lourdeur. On peut rire de la mort sans la prendre trop au sérieux, mais elle a aussi des côtés bien plus lumineux qu'on croit.

M. V. : Comment s'est passée la transition entre le métier de notaire et le vôtre ? À propos, comment définissez-vous votre métier ?
âme
pensées S. O. : On pourrait y accoler toutes sortes d'étiquettes. Je me définis comme quelqu'un qui se spécialise dans le passage de la mort et de la naissance, parce que c'est mon centre d'intérêt, ma passion depuis plusieurs années. Je suis en recherche permanente de tout ce qui se passe autour de ce sujet. Il s'est écoulé plusieurs années entre les deux métiers, la transition ne s'est pas faite d'un jour à l'autre. La méditation que j'ai commencé à pratiquer régulièrement a été un élément déclencheur. Après quelques mois de cette pratique, j'ai reçu un jour une communication avec un défunt, ce qui était pour moi improbable à ce moment-là. Je me définissais comme rationnelle et entière, bien dans la matière, tout ce qui était éthéré, je pensais ne pas pouvoir y accéder. Cette première communication m'a projetée dans une quête de compréhension, j'avais mille et une questions mais aucune réponse. Ce qui se passe après la mort, je m'y étais intéressée d'un point de vue testamentaire, limité à l'aspect matériel, pas du tout à l'aspect spirituel. Après cette première expérience, j'ai ressenti le besoin de lire, de suivre des formations pour tenter de comprendre. En même temps, j'ai continué à recevoir des messages de défunts, ce qui m'a amenée à finalement accepter cette probabilité que je sois médium. Cela m'a pris plusieurs années, l'idée que je me faisais de ma propre personne n'avait rien à voir avec un médium. Après avoir écrit mon premier livre sur le sujet, j'ai commencé à animer des conférences.

M. V. : Aujourd'hui, on a coutume d'entendre : "On choisit ses amis, mais pas sa famille !" Qu'avez-vous à dire au sujet de cette affirmation ?
âme
S. O. : Rires... C'est une impression, les amis on les choisit, la famille nous est imposée. Quand on regarde les types de relation que l'on a parfois avec ses proches, on se dit "Je ne suis pas masochiste à ce point, j'aurais mieux choisi". On méconnaît le fonctionnement de la vie et celui de la naissance. En s'intéressant au grand passage de la vie d'un point de vue spirituel, on regarde les choses avec les yeux de l'âme. Ces yeux-là ont un autre regard sur la vie. Là, on se rend compte que toutes les interrelations, la famille mais aussi les amis, les voisins, les professeurs, les commerçants, toutes ont été soigneusement choisies du point de vue de l'âme pour nous aider à découvrir ce qu'on porte à l'intérieur de soi, ce sont nos miroirs. Ces interrelations ne sont ni hasardeuses, ni imposées, mais acceptées à un autre niveau. Les relations, surtout les plus difficiles, nous amènent à regarder au fond de soi et à mettre en lumière les zones d'ombre qui n'appellent elles aussi que l'amour en soi.

M. V. : La vision de l'âme, mais comment faites-vous pour y accéder, à l'âme ?
âme
pensées S. O. : À travers la méditation, j'ai découvert qu'à l'intérieur de soi, nous avons constamment deux niveaux de langage qui se déroulent, le niveau du mental ou de la tête et le niveau du cœur ou celui de l'âme. Les sociétés matérialistes nous amènent à utiliser beaucoup plus le langage de la tête, analyser, rationaliser, structurer, nous sommes devenus des spécialistes en la matière. Mais rien ne nous amène au cœur, ce savoir intuitif que nous avons à l'intérieur de nous est délaissé. Nous avons tous cette capacité du langage du cœur, si nous prenons le temps de contacter l'espace du cœur. Dans nos rythmes de vie effrénés, où nous sommes constamment en contact avec l'extérieur, la radio, la télévision, les médias sociaux, nous sommes sursollicités de l'extérieur et nous n'avons jamais le temps de contacter notre sagesse intérieure. La vision de l'âme s'acquiert simplement à partir du moment où l'on entre en soi et que l'on parvient à cet espace de silence, à travers le langage du mental.

M. V. : Faire le vide ?
âme
S. O. : Au début de ma période de méditation, quand il était demandé de faire le vide, plus j'essayais, moins j'y arrivais. Faire le vide, qu'il ne se produise plus rien, je n'y parvenais pas. Au fil du temps, j'ai compris qu'il s'agit plutôt d'accepter tout ce qui est là. En acceptant, l'espace se crée et nous changeons alors de niveau de discours pour accéder à la plénitude, à une forme de connaissance même.
M. V. : Croyez-vous que chacun de nous soit venu sur terre avec une mission bien particulière ?
Et qu'arrive-t-il si nous passons à côté de cette mission ?

âme
S. O. : J'adore vos questions. Oui, certainement, mais je crois que nous avons idéalisé le mot mission de vie et que, par cette idéalisation, nous cherchons au mauvais endroit. À mon avis, la mission de vie n'a rien d'extérieur, en premier lieu. La plupart d'entre-nous cherchent dans une action, dans une profession, dans un geste. Pour moi, la mission de vie est d'abord intérieure, trouver qui nous sommes, c'est cela, beaucoup plus au niveau de l'être. Dans ma conférence "Être l'auxiliaire du bonheur", j'amène ce thème de la mission de vie. Selon moi, pour pouvoir toucher au bonheur, il faut commencer par être. Tant que nous sommes uniquement dans l'action, il manque une dimension. La mission de vie c'est de mettre en lumière notre essence, qui nous sommes, notre unicité. Quand nous aurons touché cette unicité, toutes nos actions porteront la couleur unique de ce que l'on fait et nous aurons la sensation de toucher aussi à notre mission de vie, puisque nous sommes interconnectés avec cette portion de nous qui nous anime. Être dans sa mission de vie, c'est faire corps avec son âme et avec son esprit, c'est être aligné. Une fois que nous y sommes, toutes nos actions portent cette couleur et ça nous amène une joie indicible, communicatrice, qui fait que ceux qui la touchent ont aussi envie de se retrouver dans leur mission de vie.

M. V. : La capacité de guérison, selon vous, chacun aurait ce potentiel. Pourtant, les habitudes de la majorité des gens seraient plutôt de dire par exemple : "Voilà Docteur, mon estomac ne fonctionne pas, réparez-le, faites-moi passer un scanner ou des ultrasons, et faites-moi une ordonnance qui va coûter bien cher, pas de ces médicaments à deux balles, les plus chers donc les plus efficaces. À ce taux-là, vous serez un bon docteur, Docteur !" Que dites-vous de cela ?
âme
S. O. : Rires... C'est représentatif du fonctionnement de notre société. Nous sommes constamment tournés vers l'extérieur. Quand nous arrivons sur terre, durant plusieurs années, nous avons besoin de l'extérieur pour assurer notre survie. Le bébé ne peut pas survivre sans la présence des autres. Mais malheureusement, dans notre société, nous n'avons pas l'enseignement qui nous ramène vers l'intérieur. Les adultes nous maintiennent dans un regard tourné vers l'extérieur. C'est comme cela dans notre société, mais il y en a d'autres où l'enfant est habitué à rester en contact avec sa sagesse intérieure.
âme
pensées Nous n'écoutons pas les enfants, c'est l'adulte qui sait, ce qu'il faut manger, comment il faut être. Plus nous grandissons et plus nous nous sentons incompétents pour décider de ce qui est bon pour nous.
âme
Je vous raconte une expérience avec mon fils quand il avait environ huit mois. Il avait une forme de sinusite qui ne passait pas. Le médecin que j'ai consulté m'a prescrit un médicament pour asthmatique, avec un masque. Mon fils, habituellement docile aux traitements que je lui donnais, a manifesté fortement son désaccord, en criant, en gesticulant. Même son père n'a pas réussi à lui donner ce médicament. Cela nous a semblé inconcevable de traumatiser notre fils pour le soigner. Je retourne chez le médecin, me sentant un peu mère incapable de soigner son enfant.
âme
Mais le médecin, un remplaçant, cette fois-ci, m'a dit que ce n'était pas le bon médicament, et il m'a prescrit des gouttes que mon fils a très bien acceptées, même si ce n'était pas forcément plus agréable. Cet exemple pour dire que mon fils me signalait que ce n'était pas le bon médicament. Cela m'a fait réaliser que mon fils savait des choses que je ne savais pas et que je devais être à l'écoute de ce qu'il manifestait, même tout petit. Un enfant qui fait une crise, l'habitude est de lui montrer que ce n'est pas comme cela qu'on agit. Mais l'enfant a une sagesse innée. Même s'il est souvent utile de se tourner vers l'extérieur, gardons toujours notre discernement pour vérifier si ce qu'on nous amène comme information vibre avec ce que l'on ressent.

M. V. : Mais revenons à cette capacité que vous avez d'accompagner les personnes sur leur chemin vers la mort, qu'est-ce qui vous a amenée à penser que le passage a besoin d'un accompagnement, est-ce une nécessité pour tout le monde ?
âme
pensées S. O. : Ce que je comprends aujourd'hui des recherches que j'ai faites, que l'on soit dans le passage de la mort, que l'on soit sur terre ou que l'on soit dans le passage de la naissance, les besoins de l'âme sont exactement les mêmes. Nous demeurons les mêmes dans notre essence et les besoins sont les mêmes. Plus on est proche de la matière dense, de la terre, que l'on soit dans le processus d'incarnation ou dans le retour de l'autre côté, plus nous sommes imprégnés davantage de peurs et d'angoisse, ce qui fait que nous avons besoin d'être accompagnés dans ces transitions. Les passages nécessitent un accompagnement et plus nous comprendrons ce qui se passe au niveau énergétique et au niveau des besoins de l'âme, plus les actions seront adéquates. Actuellement nous ne regardons la naissance que sous l'angle matériel, c'est comme un acquis, c'est la joie, alors que l'âme qui s'incarne a peut-être besoin de soutien.

M. V. : Pourquoi ne se souvient-on pas de ce qui se passe avant ?
âme
S. O. : Il peut y avoir plusieurs réponses à cette question. Je dirais que c'est comme quand nous sommes étudiants et que nous nous présentons à un examen, nous n'avons pas connaissance des questions avant de passer l'examen. Si c'était le cas, l'examen ne serait plus le même. Le fait de ne pas savoir ce que l'on est venu expérimenter permet de le faire beaucoup plus librement et dégagé de toutes les histoires du passé et de toutes les influences des autres vies. Nous sommes dans un monde de dualité et c'est l'effet de la matière qui vient brouiller ce monde-là. Plus on apprend à se connecter à la voie du cœur, plus la connaissance globale nous est redonnée. La frustration de ne pas se souvenir nous incite aussi à se poser des questions et à trouver une manière d'accéder à cette connaissance.

M. V. : J'ai lu sur votre site que vous vous appuyez sur les récentes recherches de la science moderne, quantique et ésotérique, y aurait-il aujourd'hui une preuve scientifique de l'existence de l'âme ?
âme
S. O. : Non, parce que nous n'avons pas d'outil pour mesurer ce qui est intangible. Avons-nous une preuve scientifique de l'existence de l'amour, non, nous ne pouvons pas mesurer ce qu'est l'amour, mais nous savons que cela existe. La présence de l'âme ne se mesure pas avec les moyens et les outils que nous avons actuellement. Ceux qui prétendent que l'âme n'existe pas n'ont pas plus de preuve que ceux qui prétendent qu'elle existe. Ce n'est pas parce que ce n'est pas mesurable que ça n'existe pas.

M. V. : Vous allez animer un atelier "Communiquer avec l'âme". Que peut apporter cet atelier et à qui plus particulièrement est-il destiné ?
âme
S. O. : Merci d'aborder cette question. L'atelier a pour but d'amener des outils de compréhension de la communication avec l'âme et des moyens pratiques pour la mettre en application. Il s'adresse à toute personne qui désire entrer en relation avec son âme. Tout le monde a une communication avec son âme. Quand mon regard est orienté vers autre chose, je peux manquer beaucoup d'informations qui viennent de mon âme. Depuis dix ans que je donne cet atelier, 95 % des gens quittent en disant mais je communique avec mon âme mais je ne le savais pas. Il s'agit d'expérimentation pour découvrir le ressenti dans le corps physique.

bonheur M. V. : Vous êtes également écrivain, vos livres traitent principalement de la venue sur terre, du dialogue avec les âmes et de ce qui se passe après la mort, en aurais-je oublié ? Avez-vous un projet pour un prochain livre ?
âme
S. O. : Oui, mon prochain livre parlera plus de l'importance de la naissance dans notre quotidien. Nous ne sommes pas toujours conscients de l'importance de ce qui s'est passé au moment de notre naissance et à quel point on répète toujours les mêmes scénarios, jusqu'à ce qu'ils soient mis en conscience. Je n'ai pas encore écrit sur le sujet et ce thème sera l'objet de mon prochain livre. Dans le dernier, "Mourir l'âme en paix" je parle du passage et de ce qui se produit après. Le prochain sera comme l'autre côté de la médaille.

M. V. : Êtes-vous heureuse Sylvie Ouellet ?
âme
S. O. : J'adore la question et je vous dirais que je le suis de plus en plus. Avant la méditation, ma vie n'avait aucun sens. J'ai traversé un passage très difficile. Et depuis, plus je m'intéresse à la naissance, plus je m'intéresse à la mort, plus ma vie prend de sens, et plus je m'épanouis et j'accède au bonheur. Il y a quelques années je vous aurais répondu spontanément oui, puisque mon niveau de bonheur s'est décuplé. Aujourd'hui je réponds, de plus en plus, parce que je me rends compte que mon niveau de bonheur augmente.

M. V. : Avez-vous autre chose à nous dire ?
âme
S. O. : J'ai hâte d'être parmi vous. Pour moi c'est une source d'information importante et riche. J'aime connaître comment les gens voient la naissance et la mort dans différents pays. Ça me donne à réfléchir et à avancer dans mes recherches. À chaque fois pour moi c'est une source de joie.
homéopathie
Mieux Vivre
âme
www.mieux-vivre.ch
âme
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé,
02 avril 2017 Salon
Salon Ma Santé Globale
Granby (Québec)

04 avril 2017 : début de formation internet
Introdution à l'Astrologie holistique 
par agnès andersen

08 avril 2017 Salon
Salon Ma Santé Globale
St Jean-sur-Richelieu (Québec)


01-02 avr. 2017 : Salon à Neuville (69)
Le Salon des Z'Arts Zen de Neuville s/Saône 
par Le Z'Arts Zen

04 avril 2017 : début de formation internet
Introdution à l'Astrologie holistique 
par agnès andersen

08-09 avr. 2017 : Salon à St Etienne (01)
Le Salon des Z'Arts Zen de St Etienne s/Chalaronne  par Le Z'Arts Zen

27-30 avr. 2017 : Festival à Genac (16)
10ème Festival du Chamanisme 
par Le Cercle de Sagesse de l'Union des Traditions Ancestrales

28 avr. 2017 : Conférence à Moirans (38)
Soins Esséniens 
par Jean-Paul Thouny

13-14 mai 2017 : Salon à Villefranche (69)
Le Salon des Z'Arts Zen de Villefranche s/Saône
par Le Z'Arts Zen

2 juin 2017 : Conférence à Moirans (38)
Monde en changement ou ... changement de monde ?   par Monique Mathieu

17-22 juillet 2017 : Stage à Marsanne (26)
Stage de danse libre
par Anne-Marie Bruyant

Livres
© 2008-2015  Energie-Santé - - à propos - mentions légales - partenariat