Alimentation-santĂ© » Blog Archive » La StĂ©via : la plante tout sucre

La Stévia : la plante tout sucre

La StĂ©via fait l’objet d’Ă©tudes scientifiques depuis un peu plus d’un siècle en raison d’une propriĂ©tĂ© remarquable : la StĂ©via a un extraordinaire pouvoir sucrant sans avoir les inconvĂ©nients du sucre (diabète, obĂ©sitĂ©, etc.) jusqu’à 300 fois plus que le sucre Ă  quantitĂ© Ă©gale, et surtout n’a aucun apport calorique car n’est pas assimilĂ©e par l’organisme.

La StĂ©via, plante originaire d’AmĂ©rique du Sud
la stévia
La StĂ©via ou Stevia Rebaudiana Bertoni, est une plante originaire du Paraguay, en AmĂ©rique du Sud, d’une rĂ©gion qui s’appelle l’Amambay, en pleine forĂŞt subtropicale, dans le sud est du pays. C’est une rĂ©gion très montagneuse et un peu isolĂ©e, ce qui explique peut ĂŞtre pourquoi la StĂ©via est restĂ©e si longtemps mĂ©connue en Occident.
la stévia
StéviaLa culture de la Stévia y est florissante car les conditions climatiques y sont idéales, c’est-à-dire, une forte pluviométrie et une température moyenne de 25 °C. Une altitude de culture entre 500 et 1500 m, sur des sols sablonneux. La culture ne demande ni insecticides, ni herbicides et se rapproche d’une culture bio.
la stévia
Utilisée depuis longtemps par les indiens Guarani bien avant sa découverte européenne, ils la nommaient caa-êhê, ce qui signifie « herbe sucrée ».
la stévia
Stevia rebaudiana Bertoni appartient Ă  la famille des Asteraceae. On doit sa dĂ©couverte de la StĂ©via Ă  un botaniste du nom de Moisès Santiago Bertoni, d’origine suisse italienne qui immigra au Paraguay en 1882. En 1887, il explora le Nord Est du Paraguay Ă  des fins botaniques, Ă  la recherche de plantes rares et non recensĂ©es. Des botanistes lui mentionnent l’existence d’une plante au goĂ»t sucrĂ©, après maintes recherches il ne trouvera pas cette plante. Elle lui sera tout simplement envoyĂ©e quelques annĂ©es plus tard par un certain Daniel Candia, douanier de son Ă©tat sous la forme d’échantillon prĂŞt Ă  la consommation. Il fit part aussitĂ´t de sa dĂ©couverte par l’intermĂ©diaire du Bulletin de l’AcadĂ©mie d’agriculture d’AsunciĂłn en 1889. Il classifia sa dĂ©couverte dans le genre Eupatorium et non pas StĂ©via dans un premier temps faute d’avoir reçu une plante entière. Il l’appela Eupatorium rebaudianum en remerciement du travail effectuĂ© par le chimiste paraguayen Ovidio Rebaudi qui fĂ»t le premier Ă  faire une analyse poussĂ©e des feuilles collectĂ©es.
la stévia
StĂ©viaCe n’est qu’en 1904, que Bertoni reçu une plante entière et se ravisa pour classer cette herbe dans le genre Stevia et non Eupatorium, fait publiĂ© en 1905. StĂ©via Rebaudiana Bertoni Ă©tait alors officiellement nĂ© dans la littĂ©rature scientifique. (source : lamaisonstevia.com)
la stévia
C’est en 1931 que des chimistes français ont isolĂ© les hĂ©tĂ©rosides (molĂ©cules nĂ©es de la condensation d’oses (monomères (substance organique) des glucides) et de substances non glucidiques ayant tous comme aglycone (groupement non-glucidique d’un hĂ©tĂ©roside) le stĂ©viol et qui donnent son goĂ»t sucrĂ© Ă  cette plante. Ces molĂ©cules pouvoir sucrant de 30 Ă  450 fois plus fort que le sucre sont le stĂ©vioside de 5 Ă  10 %, le rebaudioside A 2 Ă  4 %, le rebaudioside C 1 Ă  2 %, le dulcoside A 0,5 Ă  1 %. Le stĂ©vioside et le rebaudioside A sont les composĂ©s sucrĂ©s majoritaires.
la stévia
Au début des années 1970, les Japonais ont commencé à cultiver la plante et à produire des extraits pour remplacer les édulcorants artificiels, tels que le cyclamate ou la saccharine. Le liquide extrait des feuilles et le stévioside purifié sont utilisés comme édulcorants et commercialisés au Japon depuis 1977. Ils représentent 40 % du marché des édulcorants en 2005 dans ce pays, qui est le plus grand consommateur au monde.
la stévia
Cette plante est maintenant cultivée et consommée dans de nombreux pays d’Asie : la Chine depuis 1984, La Corée, Taïwan, en Amérique du Sud d’où elle est originaire, Brésil, Paraguay et Uruguay. La Chine est devenue le plus grand exportateur de Stévia.


La Stévia : le nouveau sucre, par Radio-Canada.

Utilisation alimentaire
la stévia
Les extraits de Stévia, étant très saturés en sucre, peuvent remplacer le sucre, sans apporter de calories, dans les produits « sans sucre » ou comme édulcorant de table. La feuille de Stévia est utilisée dans les infusions ou pour remplacer le sucre, également. La Stévia convient à divers régimes notamment pour les diabétiques.
la stévia
Le comportement de la Stévia face à la chaleur est très bon car elle reste stable, ne se décompose pas et conserve ses propriétés sucrées. Elle est un incomparable substitut au sucre sauf pour les confitures. (1 cuillère à thé de Stévia équivaut à 1 tasse de sucre ou 1 cuillère à café de sucre = 1/8 cuillère de feuilles de Stévia en poudre.). J’ai pu le vérifier lors de la confection d’un gratin de pommes inspiré de Montignac.
la stévia
La Stévia existe aussi sous la forme de feuilles séchées. Dans les boissons chaudes, il suffit de verser directement dans la tasse ou la théière et de laisser infuser.
la stévia
Tout le monde sait qu’un trop riche apport en sucre peut avoir des incidences graves sur le plan dentaire et voir se développer des caries.

Les japonais précurseurs !
la stévia
StĂ©viaConsommateurs importants de la StĂ©via depuis plus de 30 ans, (on estime de 700 Ă  1000 tonnes de feuilles par an) les japonais ont menĂ© de nombreuses Ă©tudes et effectuĂ©s une multitude de tests afin de confirmer la sĂ©curitĂ© de l’utilisation de l’herbe StĂ©via. Les scientifiques Fujita et Edahiro rapportent les conclusions suivantes : « Les rĂ©sultats ont montrĂ© aucune anormalitĂ© sur le changement de poids, dans les tests hĂ©matologiques et pour l’hystologie pathologique, etc. » et ont conclu qu’il n’y a aucun effet nĂ©faste notĂ© Ă  ce jour.
la stévia
D’autres rapports de test ont été publiés depuis 1931 qui indiquent que la Stévia est non toxique et sécuritaire, ce qui semble évident après tout, les peuples d’Amérique du Sud en consommant depuis des centaines d’années. On a l’impression parfois que nous Occidentaux nous voulons réinventer la roue !

La Stévia et nos dents
la stévia
Le professeur japonais M. Yabu, rapporte dans la revue « Hiroshima University Dentistry » parue en 1997, que les bactéries buccales ne sont pas attirées par la Stévia et de ce fait entraîne même une régression de leur croissance. On peut donc en conclure que la Stévia a un rôle non négligeable dans la prévention des caries dentaires et renforce les gencives.
la stévia
StĂ©viaOn a dĂ©couvert rĂ©cemment qu’en additionnant 1/4 de c. Ă  thĂ© de StĂ©via Ă  15 g (2 c. Ă  soupe rase) de spiruline, une façon très plaisante de consommer cette algue, les diterpenes glycosides du StĂ©via, se combinent aux glycocides (glycogène-rhamnose) de la spiruline d’une façon synergĂ©tique, maintenant plus longtemps l’Ă©nergie stimulante et une sensation de bien-ĂŞtre et un accroissement de vitalitĂ©.
la stévia
Les fruits saupoudrés de ce mélange auront un goût tout aussi sucrés.
Nos envies de sucré peuvent être neutralisées en buvant un liquide additionné d’1/8 de c à thé de Stévia.
la stévia
Le sang ainsi nourri, retrouve rapidement son équilibre et son fonctionnement normal. Le cerveau bénéficie grandement de ce carburant riche en éléments nutritifs.
Encore un plus que nous donne la Stévia, elle est composée tout de 17,6 % de protéines.

Plante miraculeuse pour les personnes atteintes de diabète
la stévia
LĂ  encore les Ă©tudes sont nombreuses.
Au 28e Congrès de la Société Brésilienne du Progrès Scientifique, les effets bénéfiques attribués au Stévia dans le traitement du diabetes mellitus, furent vantés.
la stévia
Une des qualitĂ©s les plus impressionnantes est sans doute sa relation avec la rĂ©gularisation des niveaux du sucre dans le sang. Dans une investigation de ses propriĂ©tĂ©s anti-diabĂ©tiques, le Dr Olivido Miguel utilisa des extraits de StĂ©via sĂ©ché : “Les malades n’ont dĂ©montrĂ© aucune manifestation d’intolĂ©rance ou de toxicité : au contraire, ils ont ressenti un sentiment de bien-ĂŞtre inconnu jusqu’Ă  prĂ©sent dans leur maladie”.
la stévia
Une Ă©tude rigoureuse fut reportĂ©e par des mĂ©decins paraguayens lors du 7e Congrès de la FĂ©dĂ©ration Internationale du Diabète, tenu Ă  Buenos Aires en aoĂ»t 1970. Dans ce travail, l’action bĂ©nĂ©fique de la plante fut confirmĂ©e dans 24 cas de personnes souffrant d’hypoglycĂ©mie. Aucun signe d’intolĂ©rance ne fut observĂ© sur ces personnes.
la stévia
StéviaDans le cas de diabète de type 2, (diminution de la sensibilité des récepteurs à l’insuline au niveau des cellules, augmentation de la concentration d’insuline dans le sang) selon un essai effectué en 1986 sur 16 volontaires, la Stévia augmenterait la tolérance au glucose et abaisserait le taux de glucose sanguin. Des études effectuées sur des animaux ont démontré que les composantes de la Stévia pourraient agir directement sur le pancréas pour stimuler la production d’insuline, mais aussi diminuer intestinale des sucres.la stévia
En 2004, des chercheurs suédois ont mené une étude (Stévia et placebo) sur 12 individus atteints de diabète de type 2 et ont observé que 1 g d’extrait de feuilles de Stévia contenant 91 % de stéviosides - avait amélioré la glycémie après un repas-type, comparativement à un placebo fait de fécule de maïs. Ces résultats sont encourageants. Ils corroborent l’usage traditionnel du Stévia qui est utilisé en Amérique du Sud pour traiter le diabète. (Source : Passeportsante.net)
la stévia
Attention : il faut ĂŞtre conscient qu’une automĂ©dication en cas de diabète peut entraĂ®ner de graves problèmes. Lorsqu’on entreprend un traitement ayant pour effet de modifier son taux de glucose sanguin, il faut surveiller sa glycĂ©mie de très près. Il est aussi nĂ©cessaire d’avertir son mĂ©decin afin qu’il puisse, au besoin, revoir la posologie des mĂ©dicaments hypoglycĂ©miants classiques. (Passeportsante.net)

Hypertension artérielle
la stévia
En chine, deux essais cliniques effectués très consciencieusement ont donné des résultats concluants. En 2000 sur 106 personnes souffrants d’hypertension ont absorbé pendant un an, un placebo pour certaines, et 250 mg de stéviosides, trois fois par jour pour d’autres. Après trois mois de traitement, les résultats étaient impressionnants. Les personnes ayant consommé des stéviosides avaient une tension artérielle bien inférieure à celle des personnes du groupe placebo.
la stévia
En 2003, le même essai a été réalisé dans les mêmes conditions sur des personnes souffrants d’hypertension légère, pendant deux ans, un groupe placebo et un groupe stévioside 500mg, 3 fois par jour. Les résultats parlaient d’eux-mêmes, pression sanguine en diminution (remarqué dès la première semaine de consommation) et amélioration de la qualité de vie.
Prendre de 250 mg à 500 mg de stéviosides, trois fois par jour.

Pour conclure, on peut se réjouir de la découverte (pas si récente) de cette plante et surtout des propriétés édulcorantes qu’elle offre à notre organisme.

Jackie Thouny
Conseillère en loisirs culinaires, Voiron (Isère) France

cannelle et miel
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net


Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé,


2 commentaires sur « La StĂ©via : la plante tout sucre »

DAYO-EWANE JEAN-SEVERIN, a exprimé, le
[-]

je peut confirmer la resistance du stevia Ă  la chaleur,je souhai rapporter de nouvelles connaissance par rapport au stevia,pour celĂ ,je desir un passeport pour le paraguay.merci.

rejeanne hotte, a exprimé, le
[+]
Je peut effectivement témoigner des bienfaits du Stévia (en poudre blanche )que j'utilise depuis plusieurs années ,ayant eu à l'époque des problèmes d'hypoglicémie ,le Stévia as régler ces pr...

Laisser un commentaire



Nom(*)

Email(*)

Ville - Pays(*)

(*)Tous les champs sont obligatoires – Votre email ne sera pas publié

Entrez votre commentaire


27-30 avr. 2017 : Festival Ă  Genac (16)
10ème Festival du Chamanisme 
par Le Cercle de Sagesse de l'Union des Traditions Ancestrales

28 avr. 2017 : Conférence à Moirans (38)
Soins EssĂ©niens 
par Jean-Paul Thouny

13-14 mai 2017 : Salon Ă  Villefranche (69)
Le Salon des Z'Arts Zen de Villefranche s/SaĂ´ne
par Le Z'Arts Zen

20-21 mai 2017 : St Etienne-de-Corcy (01)
Le Salon des Z'Arts Zen de St Etienne-de-Corcy
par Le Z'Arts Zen

2 juin 2017 : Conférence à Moirans (38)
Monde en changement ou ... changement de monde ?   par Monique Mathieu

17-22 juillet 2017 : Stage Ă  Marsanne (26)
Stage de danse libre
par Anne-Marie Bruyant

02 avril 2017 Salon
Salon Ma Santé Globale
Granby (Québec)

04 avril 2017 : début de formation internet
Introdution Ă  l'Astrologie holistique 
par agnès andersen

08 avril 2017 Salon
Salon Ma Santé Globale
St Jean-sur-Richelieu (Québec)

© 2008-2015  Energie-Santé - - à propos - mentions légales - partenariat